CHRONIQUES DU DISQUE "7 variations sur le Tao", PRIMA KANTA janvier 2021

Disque à la Une le 15 janvier 2021 sur FRANCE MUSIQUE OPEN JAZZ Alex Duthil

"A la tête de ce sextet (sans basse ni batterie), où les cuivres le disputent aux cordes (piano, violon, harpe électro-acoustique), le compositeur décline la vie en sept mantras méditatifs, un « jazz chambriste » inspiré par la musique minimaliste, naviguant en slow tempo, secoué par les transes d’ostinatos, cherchant la voie vers soi entre les unissons et les voix singulières. L’imaginaire et l’interdépendance au pouvoir." Benoît Merlin -JAZZ NEWS "disque indispensable"

"On ne sort pas moins rasséréné de ve voyage musical visiblement nourri d'une quête intérieure sincère et profonde". Pascal Rozat, JAZZ MAGZINE février 2021

"Un morceau qu’on dirait sorti du cerveau de Moondog, mais d’un Moondog de cinéma, qui ferait vagabonder ses personnages dans une nature à la Miyazaki." extrait article  LE GRI GRI

Un travail parfaitement accompli ici, et qui n’est pas sans rappeler les magnifiques moments suspendus que nous propose épisodiquement Nik Bärtsch. JAZZAROUND MAG

Une formation singulière pour une musique qui l’est tout autant. Une musique répétitive (façon Steve Reich ou Philip Glass) qui intègre des éléments de jazz. Une musique savante -mais réjouissante- superposition de timbres et de textures. POLAR JAZZ & BLUES

OpenJazz.png

Une interview de Laurent Rochelle à propos du label Les disques Linoleum Septembre 2020

Gonzai.jpg

Chroniques du disque "Si tu regardes", avril 2016

"Si tu regardes" fait partie de ces jolies surprises qui animent la vie d’un journaliste musical : dans
une tripotée de disques reçus, on le met dans une chaîne d’où il ne ressortira plus que très difficillement. JAZZ NEWS

“Les combinaisons de timbres (dont celui d’Anja Kowalski, qui articule un allemand des plus voluptueux) et l'alliage piano / saxophone sont ici générateurs d’ampleur, de longs chants entremêlés d’arpèges et de palpitations harmoniques d’une grande richesse.” LES INROCKS

"Le quartet trouve l’harmonie des couleurs, la subtile alchimie qui fait tendre la tension dramaturgique, l’ardeur expressive. La musique est portée par de superbes mélodies, un lyrisme, une plastique, un phrasé, un bouillonnement, un vrai son de groupe, et le timbre large, tout en rondeurs, ces graves profonds de la clarinette basse de Laurent Rochelle." Froggy's delight

PORTRAIT-INTERVIEWS